mardi 02 octobre | bienvenue

18h
Bienvenue dans les coulisses du One and Only Fluxum Festival

19h
Projection de Twist *, un film de Ron Mann - 1993, 78’

Twist est un film joyeux et documenté qui donne des informations très vivantes sur cette courte période, de 1950 à 1960, qui voit naître le twist dans la foulée des danses noires, Lindy hop, bop.
Au Savoy de Harlem, en 1953, les danseurs de claquettes se mettent à caresser le sol, les danseurs de Jitterburg se déhanchent de plus en plus avec fluidité, les pas glissés apparaissent. Bill Robinson développe les claquettes silencieuses en jetant du sable sur le sol. Et le mouvement rythmth’n’blues se divise en deux danses et donne le rock, heurté avec Presley, et le twist ondulant.

Avec le twist une jambe caresse le sol et une autre se plie et se déplie, s’élevant, redescendant. Le corps chaloupe, se tortille. Les adolescents noirs et blancs commencent à se mélanger dans les dancings. Le twist est né d’un chanson de rthmth’n blues de Hank Ballard. C’est une onde sur une voix rauque. L’onde vola de la voix aux corps adolescents.
Le twist est au cœur des choses : le twist se propage rapidement dans le société en même temps que les familles française s’équipent de frigidaire, de four électrique, de télévision. Le twist et ce courant électro-ménager vont de pair.
Bonjour liberté ! : libération du corps des adolescents avec la diffusion fluide du twist, (« le twist est une révolution adolescente » dit Johnny Blavat, danseur Dj), début de la libération des femmes avec le gain de temps que représente les robots ménagers (la ménagère le sera de moins en moins).
Un art naquit de ce mouvement de danse et d’appareillage qui traversa la société : le pop art qui intensifia la lumière d’une époque. Twist, télévision, machine à laver, pop art donnèrent du corps à la société. En 1964 Marshall McLuhan écrit Pour comprendre les médias et apparaît dans Manhattan le film de Woody Allen. Toutes les plus grandes danses naissent d’une détente.

Démocratie des corps adolescents, blancs et noirs, et début de la démocratie des femmes. Dès 69, elles commencent, en nombre à intégrer la société et y travailler. La figure de la ménagère disparaît.
« Même si on ne savait pas danser, le rythme du twist était tellement contagieux que cela marchait » dit Blavat, qui souligne la fantaisie de cette danse ondulante et fluide : « le twist, c’est comme si tu sortais de la douche et que tu te séchais le dos en te tortillant ».

Twist, 1993, 35mm, 1h20, couleur, de Ron Mann, conseiller artistique Sally Sommer, avec Chubby Checker, Hank Ballard, The Parkettes, Dee Dee Sharp, Gladys Horton.
Texte : cinémathèque de la danse

* Projection avec la cinémathèque de la danse

Ron Mann raconte la véritable histoire du twist, inventé par Hank Ballard, repris par Chubby Checker, qui devint la danse de ralliement de toute une génération aux Etats-Unis et en France.